unnamed-1_edited.png

Emilien BOUTEILLE

Naturaliste

Œuf, chenille ou chrysalide, de ses balades, il rapporte toujours un échantillon. De retour dans son bureau d'étude, il observe, cherche et détermine l'espèce pour en apprendre d'avantage sur elle et son environnement. Ensuite, il recherche un morceau de la plante hôte et reconstitue un habitat adapté, puis il attend et laisse s'achever le développement... C'est comme ça que, de son enfance à aujourd'hui, au travers de l'élevage, il s'est émerveillé devant la complexité des insectes. 

Emilien est naturaliste. Il a effectué ses études de biologie à l'université en se spécialisant pour la botanique et l'entomologie. Puis, il est entré en master de recherche au muséum national d'histoire naturelle de Paris. C'est au travers des fameuses collections d'entomologie qu'il s'est intéressé à la conservation des insectes. Comment des générations de scientifiques réussissent à préserver pendant des dizaines d'années des entités aussi fragiles ? C'est la question qu'il s'est posée en se retrouvant à travailler face à des étagères gigantesques, toutes remplies d'insectes et pour certains plus vieux que la publication de "L'origine des espèces" de Darwin (1859). Les techniques et les méthodes de conservation employées par les entomologistes l'ont énormément inspiré. C'est à Deyrolle, l'un des derniers cabinets de curiosité au monde qu'il a pu parfaire la plupart d'entre-elles. Préparer des spécimens restituant ainsi une représentation la plus fidèle en appliquant les règles conventionnelles de l'entomologie, tel est l'objectif principal. En travaillant dans cette institution, il eu la chance de pratiquer sur des spécimens d'une très grande variété d'espèces appartenant à différents ordres : lépidoptères, coléoptères, odonates... mais aussi d'autres arthropodes comme les araignées, les scorpions ou encore les scolopendres. À ce stade, il prit conscience de l'intérêt pédagogique de son travail en rencontrant et en discutant avec les visiteurs, émerveillés de pouvoir observer de si près, des êtres qu'ils peinaient à croire réels. Pour beaucoup d'entre-eux, ce fut une première expérience avec les insectes. 

Emilien réalise aujourd'hui des tableaux sur mesure, composés d'insectes très différents qu'il organise en harmonisant les couleurs, les formes et les tailles selon les spécimens. Il souhaite par ce biais artistique faire découvrir la beauté et la diversité de ce monde peu connu mais pourtant fascinant des insectes.

  

unnamed_edited.jpg

Antonin ANZIL

Sculpteur sur papier - Bas-reliefs sur velin d'Arches

Né en 1988. Il vit et travaille à Paris.
Diplômé de l'école Supérieure de l'image de Poitiers en 2010 et de l'école Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris en 2012, il travaille ensuite au studio de création de Maison Francis Kurkdjian jusqu'en 2017, date à laquelle il fonde son atelier.
Finesse et délicatesse caractérisent son travail artistique. Le support papier paraît incompatible avec l'idée que l'on se fait de la gravure ou de la sculpture ; et pourtant. Minutieusement, l'artiste fait naître le relief, apparaître les formes, les motifs, multiplie les points, crée un univers de papier. Sur la surface blanche, éclatante du papier se développent des paysages intérieurs, des cartes inventées, des motifs secrets.
À chacun de se construire ses images personnelles, de chercher ses points de repères entre les lignes. Les œuvres sont à la fois poétiques et tangibles, et l'on aimerait presque caresser du bout des doigts ces délicates dentelles. Certaines semblent marquées par les arts décoratifs, et proches du textile, rappelant des motifs de tentures ou de tapisseries. D'autres encore nous renvoient à de calmes paysages, des vues aériennes de territoires…il suffit de se laisser aller à rêver à ce voyage.
L'artiste nous invite à plonger notre regard dans cet univers onirique et à laisser notre esprit s'évader au-delà de la représentation.

unnamed-1_edited.jpg

Mandrin VALET

Curiosités

Passé Simple est un projet culturel et artistique de valorisation du patrimoine dirigé par Mandrin Valet au sein de l'association Caminarem.


Il a pour objectif de mettre en valeur le monde des cabinets de curiosités, en particulier durant les grands bouleversements du XIXeme siècle. 


C'est dans cet univers et dans l'objectif de retranscrire au mieux l'esprit de cette période que Mandrin réalise ce projet entre créations artistiques et inspirations historiques. 

Il affiche pleinement sa volonté de reconstituer les univers et ambiances ayant donné lieu à l'invention des mythiques "muséums" tout en les réinventants afin de les faire résonner dans notre époque présente. 

image0_edited.jpg

Agata CARLI

Céramiste

Cuore di Argilla was born from the artistic project of a restorer and a sculptor from Venice, who decided to create love creations.
It all started spontaneously one morning in March, when the horizon is clouded by fog and the light is diffused so much that you can't look at the sky.
We were taking a walk through Venice like every Sunday but this time Piazza San Marco was as if it were there just for us, because there was no trace of the myriad tourists who usually populate it, we wondered about beauty, both the natural one that we it was donated both of what man was able to create through his ingenuity.
It was the first months of 2020 when the area was tense, not only at the atmospheric level especially for what was happening, the whole world was gripped by the plague of the virus of which almost nothing was still known except that it brought, in several cases , upon death, we felt powerless.
Just in those moments, mindful of a visit to the Sanctuary of the Madonna dell’Arco, in Naples, just a few months earlier, we thought back to those walls full of ex-votos.
The ex votos are in ancient times objects offered as a gift to the divinity by grace received or in fulfillment of a promise.
At that time, this artifact took the name of "ex voto" and had to possess important characteristics from an aesthetic point of view, since it represented a public or private gesture towards a Catholic figure, who, having been prayed or evoked, had interceded with the common mortal, saving him from certain death.
Most of these artifacts were hearts, hearts of all kinds and features, precisely because the heart since the dawn of time has been a symbol of infinite love and the engine of human feelings.
Just at that moment we decided that we too wanted to make an ex voto to be able to thank for everything we have and ask for the grace for all our loved ones.
Not being able to leave the house and having limited materials, we decided to take the clay in hand. We had stock in the house because we are a couple of restorers and sculptors, so we used the material we know how to work best. The first heart was a discovery, a result that surprised us even though we were in the trade.
Seeing how our feeling of anguish and fear had taken on the features of an object so beautiful and full of positive meanings immediately gave us a sense of peace.
Realizing that this beauty and meaning could not be limited only to us, we decided to try to make others, each thinking of a special person around us, so that maybe there was an intercession of grace for them too in this dramatic moment.
As soon as we shared the fruits of our work, a work of stylistic improvement, still wanting to achieve relevant aesthetic results, because beauty has always been the indisputable engine of our life under the banner of art that led us to contemplate it in Florence, Rome, Naples and finally Venice, we also looked for values ​​to attribute to each heart.
Not only the singularity and the unique characteristics of each of them, just like the people who would then have kept it, but by searching for meanings.
Painting them, once extracted from the oven, made the clay heart not only more beautiful but also more "alive" and faithful to convey the feelings of those who would later receive it.
The use of colors is essential for us, not only for our working background, but also because we grew up in Italy and, albeit in diametrically opposed parts, we were both surrounded by art. Paintings, frescoes, tapestries have colored our memories, those of an Italy cradle of art and symbolism to which, in our small way, we would like to refer.
Listening to the feedback from those who have a Heart of Clay we are satisfied in knowing that everyone has good vibrations by receiving our hearts even if everyone is different and each person in turn can attribute the closest value to his soul at that precise moment.
We like to think that every heart has a keeper, just a person who takes care of it and who finds in him something totally unique spiritual and artistic. For this there are many variants of Heart of Clay because each person has his own and is not subject to replication.
The uniqueness of creation gives a value that we are no longer used to seeing and this is perhaps one of the key points of our proposal.
The Hearts of Clay are surrounded by wings that allow the intrinsic feeling to rise to the sky and instead carry a precious message inside them.
Each of the metal details that are inserted into the hearts are made by a craftsman from Naples, a master of traditional land art and a skilled connoisseur of the meanings of the symbols we are going to insert, such as the heart with the seven swords that .

  

5ded13db964368449084465_edited.jpg

Corinne BALLY

Ethnique

Derrière Ethic & Tropic, il y a une personne, Corinne Bally, et une histoire d'amour avec le Panama...

Une vie professionnelle riche en expériences et basée sur la littérature, la communication et l'artisanat, une personnalité marquée par la curiosité intellectuelle, la passion et le respect des autres, voilà ce qui caractérise en quelques mots Corinne Bally.

Et ce sont à la fois la littérature et l'artisanat qui la conduisent au Panama alors qu'elle gère depuis huit ans sa propre galerie en Espagne, un voyage qui va donner un nouveau tournant à sa vie.


Très vite, elle est frappée par la beauté et la singularité de cet art méconnu qu'elle découvre, transmis par les femmes indigènes du Panama.

Corinne réalise tout d'abord  une exposition de  « molas » kunas dans sa galerie à Valencia. Puis, totalement séduite (« embrujada » , ensorcelée lui dira un ami panaméen) par ces petits tableaux textiles qui n'ont leur équivalent nulle part au monde, elle décide de poursuivre l'aventure et de collaborer avec les femmes indigènes pour importer en Europe des pièces d'art et d'artisanat qui vont progressivement attirer l'attention des plus grands décorateurs, tendanceurs et amateurs d'art.

Approcher cette culture, rendre cet artisanat accessible, le faire connaître et le partager, il faudra un an et plusieurs séjours au Panama avant de pouvoir organiser la production, garantir une qualité constante et entrevoir les premiers débouchés en Europe.

En 2012, elle décide de fermer sa boutique-galerie en Espagne pour se consacrer entièrement à ce projet et voyager plus librement. C'est la véritable naissance d’Ethic & Tropic.

Grâce à une belle expérience en France au service des artisans, puis à sa propre entreprise en Espagne, Corinne est à même de repérer, conseiller et exiger la meilleure qualité, même si ce savoir-faire est tout à fait différent de ce qu'elle a connu jusqu'à présent.

De nombreux séjours, de belles rencontres, des liens d'amitié qui se tissent, Ethic & Tropic se construit sur des bases faites de confiance et de sincérité.

Au Panama, ce sont ses amis qui la guident, qui l'aident dans ses recherches.

Origines ancestrales de ce savoir-faire, rites magiques liés à la fabrication des masques, ... à l'exception du français Michel Perrin avec qui elle entre très vite en contact, peu d'ethnologues se sont penchés sur la production de ces petites tribus au mode de vie préservé; elle devra donc rechercher sur place l'origine et les significations oubliées de cet artisanat, entrer aussi en contact avec les meilleures artisanes.

Ce n'est pas simple car ces artisanes vivent dans des contrées reculées et parfois inaccessibles, comme c'est le cas des tribus Emberas installées au cœur de la jungle.

Car derrière chacun de ces objets, il y a une femme.L'artisanat au Panama est produit par les femmes, des femmes qui vivent avec leurs familles dans leur habitat d'origine.

CHAQUE PIÈCE VENDUE EST NON SEULEMENT UNE RECONNAISSANCE D'UN INCROYABLE SAVOIR-FAIRE MAIS CONTRIBUEAUSSI AU MAINTIEN DE CES FEMMES ET DE LEUR FAMILLE LOIN DES GRANDES AGGLOMÉRATIONS, DANS LEUR HABITAT TRADITIONNEL.

Alors que certaines tribus ont tendance à migrer peu à peu vers la ville pour chercher un emploi, les femmes qui produisent cet artisanat se maintiennent dignement dans leur habitat d'origine.

Ethic & Tropic ne dispose pas d'atelier mais travaille directement avec les femmes indigènes en se rendant sur leurs lieux de vie. Chaque pièce produite est unique et porte en elle une part de merveilleux.


Il n'y a jamais deux pièces identiques, les femmes indigènes travaillant librement, à leur rythme et sans aucun sens de la productivité.

Il y a quelque chose de magique dans ce projet qui nous apporte au travers de chaque objet l'essence et la beauté d'un travail libre et extraordinaire.